dimanche 9 février 2014

La RC 4 de Lang Son à Dong Dang...

     Si la RC 4 s'étendait autrefois de Cao Bang à Moncay, l'actuelle QL 4 qui lui a succédé débute aujourd'hui de Dong Dang où se situe désormais le PK 0.
Ceci complexifie donc l'estimation des distances pour celui qui veut comparer les cartes d'époque au réseau routier actuel afin de localiser avec précision les différentes positions tenues par nos troupes ou les emplacements où ont eu lieu des accrochages.

Il est possible d'effectuer le trajet Lang Son - That Khê - Dong Khê - Cao Bang en une demi-journée sans problème car le parcours est fréquenté par de nombreux mini-bus et de faire étape dans l'une des localités intermédiaires. Nous n'avons pas encore testé Na Cham mais s'agissant de Dong dang, de That Khê, de Dong Khê ou de Cao Bang l'hébergement n'y pose aucun souci... même si la propreté fait plus que défaut dans la plupart des hôtels que nous avons trouvés...
Le tracé actuel de la QL 4 est sensiblement le même que celui de l'ancienne RC 4 entre Lang Son et Dong Khê mais à partie de cette localité la route emprunte désormais un itinéraire plein nord jusqu'à Cao Bang, délaissant l'ancien tracé trop sinueux et trop escarpé qui passait autrefois par le col de Nguom Kim et le fameux lieu dit Nam Nang où la colonne Charton devait quitter la route pour aller chercher la piste de Quan Liet.
Si globalement 135 km séparent Lang Son de Cao Bang, les distances entre les différentes localités sont approximativement les suivantes :
Lang Son - Dong Dang: 14 km
Dong Dang - Na Cham: 18 km
Na Cham - Thatkhe: 36 km
That Khe - Dong Khe: 23 km
Dong Khe - Nam Nang: 22 km
Nam Nang  - Cao Bang: 22 km
Sur ces photographies bien connues de ceux qui se passionnent pour cette époque, ces deux panneaux routiers indiquaient les différents kilométrage au départ et à l'arrivée de la "route morte", mais ils ont malheureusement disparu aujourd'hui :

 Au départ de Lang Son, pour ceux qui vont monter...

Au départ de Cao Bang, pour ceux qui vont redescendre...

Enfin, par rapport aux années 1945 - 1950, précisons d'une part que la route a été considérablement élargie et parfois redessinée, ce qui n'empêche pas toutefois que l'on puisse encore trouver des endroits parfois étroits et où le revêtement est en mauvais état, voire en cours de réfection, d'autre part que la couverture boisée qui arrivait jusqu'aux abords de l'axe s'est beaucoup clairsemée du fait des coupes de bois, parait-il en partie destinées à payer les dettes de guerre de 1979... 

Afin de mieux visualiser l'itinéraire suivi, la carte ci dessous, extraite de l'ouvrage "Les combats de la RC 4" paru chez Indo Editions, présente les différents postes installés par l'armée française tout le long de la RC 4 :


Comme on peut le constater, au moment où débute "l'affaire de Cao Bang", les postes situés à proximité de la frontière (zone Est du col de Lung Vaï et zone nord-est de Dong Khê) ou aux alentours de Cao Bang ont déjà été évacués.
Sur la portion de route décrite dans le cadre de ce billet, les postes situés dans la zone surlignée en bleu étaient encore tenus. Leur abandon suite à l'évacuation de That Khê compliquera sérieusement la progression des rescapés, notamment ceux du 3° BCCP, car certaines de nos anciennes positions avaient été dans la foulée réoccupées par le Viet Minh, comme par exemple l'ancien fortin Gallieni implanté dans le défilé de Déo Cat que nous avons localisé en novembre 2014.


Le parcours Lang Son - Dong Dang qui traverse ce qui s'appelait alors la "plaine Gallieni" ne présente pas un grand intérêt en soi car c'est une portion de route fortement empruntée, très élargie... et où les passionnés d'histoire ne trouveront pas grand chose à "se mettre sous la dent"...
Le seul endroit un peu intéressant du parcours est la gare routière, située aux sorties nord ouest de la ville de Lang Son et où se formaient autrefois les convois qui se préparaient à partir vers Cao Bang.
Il semblerait que les deux photos ci-dessous aient été prises à cet endroit mais la photo d'époque qui suit est toutefois illustrée dans le livre "Les combats de la RC 4" comme  "Convoi au départ de Na Cham"...

La gare routière de Lang Son aujourd'hui

Peut être le même emplacement, autrefois...
(Cliché collection Constans - Illustrations Livre Les combats de la RC 4)

Nota : pour ceux qui ont décidé de faire étape à Lang Son avant de poursuivre vers le nord ouest, le mieux pour rejoindre la gare routière est d'utiliser un taxi ou une moto taxi car celle ci est assez éloignée du centre ville...



L'arrivée à Dong Dang, noeud stratégique important autrefois, car situé à quelques kilomètres seulement de la porte de Chine, est décevante...
La ville qui s'est beaucoup agrandie ne ressemble en rien aux photos d'époque et on recherchera en vain la trace du mur humoristique devant lequel deux anciens prenaient la pause de façon flegmatique...
Seul le mouvement de terrain caractéristique avec sa paroi abrupte qui figure en fond de tableau est là pour nous confirmer qu'il s'agit bien, à quelques dizaines de mètres près du même emplacement où ont été prises les photos d'époque et actuelles...

Dong Dang c'est d'abord la bourgade qui contrôle la porte de Chine... située à quelques kilomètres du centre de la localité, et qui est est le passage par lequel les troupes françaises allèrent affronter les troupes chinoises en 1884... puis qui permit aux armées chinoises, en 1979 comme d'ailleurs tout au long de l'histoire, de pénétrer au Tonkin...







Lors des combats de 1979, la ville de Dong Dang, noeud routier essentiel qui commande les accès Nord-ouest de Langson a été l'objet d'âpres combats de rues comme nous le montre Antoine :



Le plan ci-dessous permet de constater que deux axes (au moins) conduisaient vers la porte de Chine : le premier avant l'entrée dans le bourg et le franchissement de la voie ferrée puis de la rivière Song Ky Kong, le second au centre de la localité. Ce plan est essentiel pour visiter l'agglomération car c'est grâce à lui que nous avons pu situer l'emplacement des anciennes positions ou bâtiments :



Sur les photos ci-dessous, on retrouve ces deux bifurcations vues telles qu'elles se présentaient à l'époque puis aujourd'hui :
La première bifurcation autrefois...

Les abords de la première bifurcation aujourd'hui...

La première bifurcation aujourd'hui...

Le pont sur la rivière aujourd'hui...

La seconde bifurcation autrefois...

La seconde bifurcation aujourd'hui...


La voie ferrée venant de Hanoï et toujours en service à l'heure actuelle jusqu'à Dong Dang, bascule à partir de cette localité vers la Chine pour se diriger en direction de Nanning. 

La voie ferrée vers la Chine...

Mise hors de service pendant la guerre d'Indochine l'ensemble de la ligne Hanoï - Lang Son - Dong Dang a été restauré pour se raccorder raccorder désormais au réseau ferré chinois.
A l'époque de la présence française en Indochine, une voie à écartement réduit avait été ouverte jusqu'à Na Cham, fief du capitaine Mattéï, sur une quinzaine de kilomètres en longeant la RC 4 comme on peut le constater sur la carte ci-dessous ; cette voie fut démantelée semble t-il avant 1950 par le Vietminh car le sous-lieutenant de Pirey parle d'elle au passé dans son témoignage, Erwand Bergot précisant même dans son ouvrage sur la bataille de Dong Khê que la colonne de dégagement emprunte l'ancien remblai en meilleur étant que la route...



La bifurcation vers Na Cham avec un mur marqué par les traces des combats de 1979


Après avoir franchi la rivière cette voie ferrée désaffectée qui se prolongeait jusqu'à Na Cham est aujourd'hui devenue la route qui passe au pied de l'ancienne citadelle comme on peut le voir dans la photo ci-dessous :



C'est dans cette localité de Dong Dang, comme nous l'avons rappelé précédemment, que le capitaine Annosse du III° RTT, succédant au commandant Soulier qui venait d'être tué, résista courageusement face aux Japonais en mars 1945 avant de capituler à court de munitions... On se souvient qu'après avoir reçu les félicitations de son adversaire il fut assommé puis exécuté sauvagement d'une balle en pleine tête tout comme ses hommes...
Le récit des combats est relaté dans cet article du bulletin de l'ANAI : http://www.anai-asso.org/NET/img/upload/1230_Bulletin19901.pdf
Une vidéo montrant après sa convalescence à Pondichéry Fernand Cran "le décapité de Dong Dang" peut être lue sur ce site : http://fresques.ina.fr/independances/fiche-media/Indepe01064/rescapes-de-chandernagor.html

Du fait de ces combats contre les troupes japonaises puis de la présence chinoise à partir de 45, le village de Dong Dang avait beaucoup souffert et les traces des combats étaient encore visibles en 1950, comme nous le rappelle le sous-lieutenant de Pirey sans ses mémoires :
"Nous laissons sur la gauche la gare en partie détruite où cantonnent les auto-mitrailleuses, et les camions envahissent tous les emplacements libres et les ruelles de la petite bourgade frontière de Dong Dang.
Le chef de secteur, le chef de bataillon Calvin de Légion étrangère, nous accueille. Nous allons habiter dans quelques bicoques à moitié démolies, à la grande Pagode et dans une partie de la gare. Sous la tente aussi..."

Sur la photo ci-dessous, on peut voir lors d'une inspection menée par le colonel Constans (de face avec un chapeau de brousse) à quoi ressembler à l'époque le poste de Dong Dang, commandé en 1950 par le capitaine Calvin (sur la droite de la photo)... On devine au second plan et à droite le tracé du remblai de la voie ferrée menant à Na Cham :

Le poste de Dong Dang autrefois...
(Cliché collection Constans - Illustrations Livre Les combats de la RC 4)


Le fort Van Vollenhoven de Dong Dang, équipé de canons de 75 mm, a été bâti entre 1942 et 1945 sur l'emplacement d'une fortification élevée au XIX° siècle pour faire face à la frontière chinoise.
En 1946, juste avant leur retrait, les troupes nationalistes chinoises qui occupaient le Tonkin firent sauter les installations du fort Van Vollenhoven ce qui explique les destructions qu'on observe lorsqu'on parcours la hauteur où il a été bâti.
Sur la vue Google Earth ci-dessous on localise aisément la position du fort Van Vollenhoven :



Pour accéder au fort, Antoine et moi y avons pénétré en gravissant un coteau situé à l'angle Nord-ouest de l'enceinte, au niveau du blockhaus d'angle ... qui pourrait bien correspondre à l'emplacement où a été prise la photo représentant l'inspection du colonel Constans...
Une autre voie plus facile d'accès et que nous recommandons, est bien entendu de passer par l'entrée principale qui se situe exactement... à l'opposé de notre choix... et qui figure ci-dessous, pas très loin donc de l'antenne :


Suite à la lecture des combats survenus au fort Van Vollenhoven en mars 1945, j'ai découvert que les Japonais avaient installé des pièces d'artillerie sur une hauteur dominant le fort pour prendre ce dernier sous leur feu direct. Il semble donc probable qu'il  s'agisse du mouvement de terrain où est érigée aujourd'hui une antenne de télécommunications.








 


Autour des bunkers, on note que le sol a été profondément labouré par les explosions :





Sur les ruines des fortifications des années 40, les Vietnamiens ont reconstruit après l'évacuation des Français, deux bunkers encore relativement bien conservés aujourd'hui pour faire face à la menace chinoise. Certains d'entre eux portent aussi les traces des affrontements et les puits d'accès sont tous murés pour des raisons de sécurité, ce qui n'empêche pas la présence de seringues dans les coins des ouvrages où il faut pénétrer avec précaution :







Les ruines de l'ex fort Van Vollenhoven après les combats de 1979


Dong Dang était aussi la position où était stationné le peloton blindé du Lieutenant Pascal, cet officier qui devait mourir en captivité après avoir participé avec ses véhicules aux combats retardateurs d'octobre 1950 et dont nous reparlerons ultérieurement...

 Une vue de la gare de Dong Dang et de ses environs où stationnaient nos troupes...

 La gare de Dong Dang aujourd'hui


Dong Dang en 1896, à l'époque de Gallieni...

Dong Dang ... Aujourd'hui









Quittant Dong Dang pour Na Cham, poursuivons à présent notre périple sur l'ex RC 4...











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire